Valérie M. | Rheta Shan

Rheta Shan† April 3rd 2009

C’était le temps 
où je marchais sur les eaux
et tu me suivais à la trace, 



et ces montagnes
comme tu les déplaçais
juste pour m’amuser.

C’est moi qu’on abandonne,
qu’on laisse sur le pavé,
seule avec ma couronne,
sur le pavé.

Est elle vraiment ratée,
cette nouvelle, nouvelle épopée ?
C’était si beau sur le papier.

Courage les amis !
Nous ne sommes que des humains,
nous sommes des êtres incertains,
rien que des êtres incertains.

Advertisements

7 thoughts on “Valérie M. | Rheta Shan

  1. Imaginaire enfin,
    Je dors et rêve la demande
    pas plus que moi ai jamais eu.
    Mon âme a marché parmi vous,
    et c’était assez.
    Trop peut-être pour certains,
    mais moindres assez pour moi.
    Je dors,
    dans les rêves et les morceaux,
    ne se réveillant jamais encore et,
    les endroits qui chaque était et était,
    avant et entre nous.

    J’étais, je ne suis pas, je suis, je serai.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s